La Saga Packard

On le sait, Twin Peaks est particulièrement riche en intrigues parallèles et en personnages à identités multiples. De tous les axes narratifs développés par Lynch et Frost dans la série, le plus tortueux est sans doute celui de la famille Packard, dont bien des spectateurs, même les plus assidus, ne parviennent pas à saisir toutes les ramifications. L’étude qui suit est une tentative de mettre fin à la confusion et de pénétrer plus en profondeur dans les entrailles des machinations Packard.

josie-pilot-1.pngLa saga de Jocelyn « Josie » Packard est l’un des axes narratifs les plus complexes de Twin Peaks, et il n’est pas évident d’en saisir les innombrables subdivisions. La multitude de personnages qui y est impliquée et le fait que l’intrigue s’étire sur la série entière ont découragé plus d’un téléspectateur pourtant fidèle et concentré. Depuis le moment où, dans le pilote, on surprend une conversation téléphonique à voix basse (« He’s here again. Let’s get together and talk about it.1 ») jusqu’à celui où, dans l’épisode final, on lit une note manuscrite laissée dans le coffre-fort d’une banque (« Got you, Andrew. Love, Thomas.2 »), on est constamment amené à démêler, strate après strate, ce nœud complexe fait de trahisons et de duperies orchestrées par les protagonistes principaux. Plus on avance, et plus des sous-intrigues se développent ; une conspiration s’imbrique dans une autre, et à chaque fois qu’on pense avoir découvert la vérité, il s’avère que celle-ci est en fait part d’une autre, d’une nouvelle tromperie.

1 « Il est ici à nouveau. Donnons-nous rendez-vous et parlons-en. » (Catherine Martell, Pilote)
2
« Je t’ai eu, Andrew. Amitiés, Thomas. » (note de Thomas Eckhardt, ép.29)

sawmill.pngAu tout début et au centre de notre histoire, il y a un homme, un homme du nom de Thomas Eckhardt. Un businessman anglais dont les affaires (de quel genre d’affaires il s’agit, nous n’en serons jamais informés) sont basées à Hong Kong. Eckhardt est, aux yeux de tous, un homme aussi rusé et habile que dominateur et machiavélique. En 1978, mû par un besoin de compagnie ou, peut-être, d’une esclave domestique et sexuelle, il achète une jeune fille chinoise de seize ans à une famille pauvre et la prend en sa possession. Cette adolescente prendra le nom, plus tard, de Josie Packard. Leur relation est étrange et passablement malsaine ; dans la série, Josie décrira Eckhardt comme étant pour elle « un père, un maître et un amant.3 » En toute vraisemblance, il exerce sur Josie une pression dangereuse et effrayante. Et cette idée est capitale pour la suite de l’histoire ; pour comprendre les motivations de Josie à faire tout ce qu’elle fait pendant la série, il est essentiel d’être conscient de l’unique vérité constante de son existence : elle est absolument terrifiée par Thomas Eckhardt et ce qu’il risquerait de lui faire subir si elle venait à lui déplaire.

3 « He was my father… my master… my lover. » (Josie Packard, ép.18)

Quelque temps après avoir acheté Josie, Eckardt s’associe en affaires avec Andrew Packard, un businessman américain domicilié à Twin Peaks, Washington. Les deux hommes sont partenaires pendant un temps, après quoi, aux dires d’Andrew, « Je l’ai devancé dans une affaire commerciale, et il a tenté de me trahir.4 » Ceci a lieu en, ou aux environs de, 1983. Peu de détails sont fournis, mais il semblerait qu’après cette trahison, les deux ex-collègues commencent à se vouer mutuellement une haine franche, et Eckhardt entreprend de planifier la mort d’Andrew. À la même période, vraisemblablement avant que son amitié avec Eckhardt ne se gâte, Andrew tombe amoureux de Josie. À la suite de leur conflit, il retourne aux États-Unis, emmène Josie avec lui et l’épouse – une forme d’ultime insulte à Thomas Eckhardt, qui considère Josie comme sa propriété personnelle. Ce qu’Andrew ignore alors, c’est que Josie ne l’a pas suivi par amour ; en réalité, elle l’a accompagné à Twin Peaks sur ordre d’Eckhardt, qui compte se servir d’elle comme instrument dans une machination visant à se débarrasser d’Andrew et à déshonorer sa famille en prenant possession de l’ensemble de ses terres et biens.

4 « I got the better of him in a piece of business, and he tried to stab me in the back. » (Andrew Packard, ep.21)

La première partie du plan est la plus aisée : inventer un scénario pour justifier la mort d’Andrew. Josie, commençant son « job » (comme le dira plus tard le subordonné d’Eckhardt Jonathan Kumagai), offre à un voyou local, Hank Jennings, une somme de 90.000$ pour mettre en place un accident de bateau qui ferait disparaître Andrew. Le contrat stipule que Hank doit ensuite commettre un délit de gravité moindre, afin d’être incarcéré au moment de l’accident et éviter toute implication dans le meurtre.

josie-harry.png

En 1987, le plan est mis en mouvement. Cependant, d’une façon ou d’une autre (nous ne savons pas comment), Andrew et/ou sa sœur Catherine Martell apprennent que sa vie va être mise en danger. Ils se rendent compte que Thomas Eckhardt orchestre toute la machination, et, dans le but de s’offrir un délai pour planifier leur propre vengeance, mettent en scène l’accident de bateau d’Andrew comme prévu par Eckhardt. Un service funéraire est organisé, et tous croient Andrew Packard décédé. En réalité, ce dernier se cache dans une petite ville du nom de Pearl Lakes, vivant dans une cabane que possédait sa famille au milieu de la forêt. Josie hérite de tous les biens d’Andrew, dont la scierie Packard ; Hank Jennings est condamné pour homicide involontaire sur la personne d’un vagabond inconnu qu’il aurait renversé accidentellement en voiture, et mis en prison. Leo Johnson, un sous-fifre de Hank, prend le relais pour s’occuper des affaires de drogue et autres magouilles peu nettes de ce dernier. Harry S. Truman, sheriff de Twin Peaks, tombe amoureux de la « veuve » Josie Packard, et tous deux entament une relation un peu moins d’un an et demi après la « mort » d’Andrew. Les choses se tassent pendant un certain temps.

Parallèlement - ou avant - tous ces événements, Catherine Martell commence à entretenir une relation amoureuse avec Benjamin Horne. Tous deux se mettent à réfléchir à un moyen de mener la scierie Packard à la faillite, afin de forcer Josie à vendre ses terres au projet immobilier de Ben, le Ghostwood Developement Project. Catherine espère ainsi venger le « meurtre » de son frère, mais aussi, en travaillant en collaboration avec Ben Horne, regagner le contrôle sur les terres appartenant à sa famille – elle n’a jamais apprécié le fait qu’Andrew lègue l’ensemble de ses biens à Josie.

catherine-ben.pngCatherine commence alors à tenir une comptabilité officieuse différente des comptes réels de la scierie, feignant des affaires florissantes et dissimulant sa lente descente vers la ruine afin que Josie ne se doute de rien. Toutefois, de son côté, Josie est elle aussi entrée en contact avec Ben Horne, lui proposant une offre que celui-ci juge bien plus lucrative. Tout en faisant mine d’être toujours associé à Catherine, Ben se met à planifier sa mort avec l’aide de Josie. Le plan que propose Josie consiste à vendre la scierie et les terres Packard pour la somme dérisoire de 5 millions de dollars au Ghostwood Developement Project de Ben, après que la scierie ait été détruite dans un incendie. Faisant d’une pierre deux coups, Ben et Josie décident que ledit incendie, justement, sera également la raison officielle du décès de Catherine Martell. À son insu, ils mettent en place une assurance-vie sur sa personne, stipulant que Josie sera l’unique héritière de 10 millions de dollars après sa mort. Il est fort probable que Josie, par la même occasion, aie l’intention de toucher l’argent de l’assurance après l’incendie de sa scierie.

On peut supposer que Ben Horne est d’accord avec toute cette machination parce qu’il y voit une excellente occasion de se débarrasser de Catherine Martell, et ainsi d’éliminer l’influence qu’elle aurait eue - ou tenté d’avoir - sur lui après son acquisition de la scierie, dans l’hypothèse où il poursuivrait le plan original mis en place avec elle contre Josie. De plus, le prix que lui propose Josie est probablement très bas en comparaison à la valeur réelle des terres, même à la suite de l’incendie.

À la même période, Ben entreprend d’assembler en secret un dossier sur Josie, recherchant toutes les preuves qui l’impliquent dans la « mort » d’Andrew Packard. Il compte ainsi avoir un moyen de pression sur elle dans le cas où elle tenterait de le doubler, et un moyen de la faire chanter si le besoin s’en faisait sentir. De son côté, Josie assemble elle aussi un dossier sur les affaires peu scrupuleuses de Ben pour les mêmes raisons.

ben-josie.pngLe 28 février 1989, Hank Jennings obtient sa libération conditionelle après dix-huit mois de prison.

Le 1er mars 1989, l’agent d’assurance Walter Neff rend visite à Catherine Martell afin de recueillir la signature de celle-ci sur le contrat d’assurance que Ben et Josie ont secrètement mis en place. Catherine ne devait jamais entendre parler de ce contrat, mais Neff, soupçonnant une irrégularité derrière le fait que sa cliente ne s’occupe pas elle-même de sa propre assurance-vie, préfère venir la voir pour tirer les choses au clair. Il annonce à Catherine que Ben Horne a proposé de recueillir les signatures nécessaires lui-même, ce qui met à Catherine la puce à l’oreille quant à un complot se tramant derrière son dos. Elle découvre bientôt que le « vrai » livre de comptes de la scierie a été dérobé de sa cachette secrète, dont elle et Ben étaient les deux seuls à connaître l’existence. Alors qu’elle le recherche désespérément, elle est interrompue par un coup de téléphone de Hank Jennings. Ce dernier lui annonce qu’il a « ce qu’elle est en train de chercher » et lui demande de venir le rejoindre à la scierie. C’est à cette occasion que Catherine, selon le plan orchestré par Ben et Josie, doit périr dans l’incendie.

Le soir du 3 mars 1989, Leo Johnson, sur les ordres de Ben Horne, met le feu à la scierie, pensant piéger Catherine à l’intérieur. Un peu plus tard, Ben ordonne à Hank Jennings de se débarrasser de Leo, éliminant ainsi tout élément qui puisse le relier à l’incendie et espérant, de plus, faire croire que Catherine a planifié elle-même l’incendie avec Leo dans le but de toucher l’assurance.

leo-sawmill.pngLe jour de l’incendie, Josie quitte Twin Peaks pour aller passer quelques jours à Seattle, afin de « mettre de la distance entre elle et l’odeur de la fumée5 » - mais non sans avoir, avant de partir, assuré ses arrières en tirant trois balles dans la poitrine de Dale Cooper dans sa chambre du Great Northern Hotel. Elle craignait en effet que ce dernier ne cerne ses véritables motivations et découvre le complot. Cooper survit à la tentative d’assassinat, et Catherine Martell, de son côté, parvient à s’échapper de la scierie en feu et se réfugie dans la cabane de son frère, dans les bois aux environs de Pearl Lakes. Tous deux présumés morts, à présent, Catherine et Andrew développent en secret une contre-attaque visant à récupérer les terres Packard et se venger de Ben Horne, Josie, et également Thomas Eckhardt, l’homme qu’ils réalisent être au centre de toute la machination, lorsqu’il viendra à Twin Peaks chercher Josie.

5 « She wanted to put some distance between her and the smell
of smoke.
 » (Hank Jennings, ép.8)

Il est important de souligner que, du fait que Catherine a été avertie de la fraude sur son assurance-vie et n’a par conséquent pas signé le contrat, Josie n’est pas devenue son unique héritière et se retrouve donc privée des 10 millions de dollars qu’elle était censée obtenir. De plus, étant donné qu’il est rapidement déterminé que l’incendie était de nature criminelle, elle peut difficilement réclamer l’assurance liée à la scierie sans éveiller les soupçons de la police.

Le 6 mars, Catherine revient à Twin Peaks sous le déguisement de Mr. Tojamura, un prétendu investisseur japonais ; elle offre à Ben Horne un faux chèque de 5 millions de dollars, soi-disant en guise d’investissement dans le projet Ghostwood. Elle sait que cette somme correspond à celle que Josie réclamera à Ben pour la vente des terres Packard. En offrant exactement le même montant à Ben sous la forme d’un chèque de banque, elle se doute que ce dernier finira par l’utiliser à son tour pour payer son dû à Josie, le chèque étant un moyen de paiement aussi pratique et rapide que l’argent liquide. De cette façon, Josie, en plus de perdre les 10 millions de dollars de l’assurance-vie et l’argent de l’assurance de la scierie, vendra ses terres en échange de rien d’autre qu’un bout de papier sans aucune valeur.

tojamura.pngToujours le 6 mars, Josie rentre de Seattle. Pendant son absence, Jonathan Kumagai - l’un des hommes de main d’Eckhardt – vient la chercher à Twin Peaks pour la ramener à Hong Kong. À son retour, Josie lui annonce qu’elle doit terminer la dernière partie de son business avec Ben Horne avant de s’en aller. Kumagai l’y autorise dans la mesure où la vente des terres Packard est un ultime affront fait à la famille, ce qu’Eckhardt ne pourra qu’approuver. Josie obtient la signature de Pete Martell sur les titres de propriété et se rend chez Ben afin de conclure l’affaire ; elle refuse de partir sans avoir reçu la totalité de son argent en main propre. Ben ressent son empressement et tente de reporter la transaction. Lorsque Josie insiste, il essaye de la faire chanter en utilisant le dossier qu’il a monté contre elle, mentionnant son implication dans la « mort » d’Andrew. Elle contre-attaque en dévoilant l’existence de son propre dossier contre Ben. Leur « duel » étant au point mort, Ben finit par céder. Il échange les titres de propriété contre le chèque de 5.000.000$ de Mr. Tojamura/Catherine (le chèque est faux, mais Ben l’ignore). Satisfaite, Josie quitte Twin Peaks, accompagnée de Jonathan Kumagai.

Le 9 mars, Ben Horne est arrêté pour le meurtre de Laura Palmer. Catherine Martell, qui prend un malin plaisir à assister à sa déchéance et à son humiliation publique, saisit l’opportunité pour forcer Ben à lui céder la scierie et les terres pour le projet Ghostwood, en échange d’un alibi pour la nuit du meurtre de Laura (nuit que Catherine et Ben avaient passée ensemble). Une fois les documents signés et l’ensemble des terres Packard à nouveau en possession de Catherine, celle-ci refuse de fournir l’alibi et laisse Ben croupir dans sa cellule, sa revanche enfin satisfaite.

Quelques jours plus tard, la nuit du 14 mars, Josie revient une nouvelle fois à Twin Peaks, sans aucune ressource après avoir découvert que le chèque de 5 millions de dollars ne valait rien. On peut supposer que son plan d’origine était d’utiliser cet argent afin d’échapper à Eckhardt après son retour à Hong Kong ; mais à présent, destituée de la dernière partie de son héritage de mensonges et tromperies, elle panique avant même de quitter les États-Unis. Avant de prendre l’avion à Seattle, elle tue Jonathan Kumagai et s’enfuit. Elle se réfugie chez Harry, lui faisant croire qu’elle a échappé à l’emprise de Kumagai  à l’aéroport alors qu’il tentait de la forcer à l’accompagner.

asian-man-killed.pngEn désespoir de cause, elle finit par réaliser que la seule personne capable de la défendre contre Eckhardt est Catherine Martell, qui s’est entre-temps révélée au grand jour, abandonnant sa fausse identité de Mr. Tojamura. Josie lui demande l’autorisation de continuer à vivre à la maison familiale des Packard, d’une part parce qu’elle n’a plus un sou, et de l’autre parce qu’elle estime que sa seconde option, aller habiter chez Harry, ne lui fournit pas la protection contre Eckhardt que Catherine peut lui offrir. Elle sait qu’Eckhardt la retrouvera où qu’elle aille, et se sent en sécurité auprès de Catherine parce que celle-ci, contrairement à Harry, a une idée de ce dont Eckhardt peut être capable et peut éventuellement lui venir en aide.

Ainsi, Josie, minimisant son implication dans la « mort » d’Andrew et l’incendie de la scierie, fait sa proposition à Catherine, qui accepte à une condition : Josie travaillera pour elle en tant que servante. Catherine n’est pas dupe et connaît toute la vérité à propos des manigances de Josie, et profite de cette occasion pour remuer le couteau dans la plaie à l’heure où Josie ne peut que dépendre d’elle.

À la même période, Andrew Packard quitte sa cabane à Pearl Lakes et revient s’installer au domicile familial, tout en continuant à ne pas se montrer en public. Lui et Catherine décident de se tenir prêts au moment où Thomas Eckhardt en personne viendra récupérer Josie, ce dont ils sont certains.

Le 18 mars, Eckhardt finit par arriver à Twin Peaks à la suite de Josie. Il l’appelle depuis le Great Northern Hotel et Catherine surprend leur conversation téléphonique. Le lendemain, elle invite alors Eckhardt à dîner, tant pour faire souffrir Josie que pour attirer Eckhardt dans un piège. En effet, elle et Andrew conspirent en secret pour se débarrasser à la fois de ce dernier et de Josie. Catherine arrange une rencontre en tête-à-tête entre les deux dans la suite d’Eckhardt au Great Northern, sans oublier de laisser à Josie un revolver chargé. Un peu plus tôt, Josie a appris avec un choc qu’Andrew était encore en vie, et Catherine utilise cet argument pour l’effrayer encore davantage quant à la réaction d’Eckhardt quand il apprendra que Josie « l’a trahi ». « Mais enfin, tu peux toujours lui dire la vérité ; après tout, tu pensais réellement qu’Andrew était mort.6 »

6 « But then again, you could always tell him the truth ; after all, you really did think that Andrew was dead. » (Catherine Martell, ép.23)

Parallèlement, Cooper commence à nourrir de sérieux soupçons vis-à-vis de Josie. Le 19 mars, la police est avertie que Jonathan Kumagai a été retrouvé mort à Seattle avec trois balles dans la tête, et l’expert en balistique Albert Rosenfield ne tarde pas à découvrir que les balles qui ont tué Kumagai sont les mêmes que celles qui ont touché Cooper - faisant de Josie la coupable présumée aussi bien de l’assassinat de l’un que de la tentative de meurtre sur l’autre. Cooper décide de donner à Josie une chance de se rendre d’elle-même avant d’aller procéder à son arrestation, tentant d’épargner à Harry la pénible nouvelle aussi longtemps que possible.

andrew-thomas.pngPendant ce temps, au Great Northern, Andrew Packard se dévoile à un Eckhardt passablement surpris, dans une tentative de provoquer en lui une rage envers Josie. Andrew lui annonce que Josie elle-même l’avait prévenu que sa vie était en danger, et qu’elle ne pouvait pas supporter de voir son « cher mari » périr ainsi. Cette affirmation est très certainement fausse, étant donné l’opportunisme à toute épreuve de Josie, mais elle attise définitivement la jalousie et la haine d’Eckhardt. Ce qu’Andrew ignore, cependant, est qu’après avoir découvert que son ancien collègue n’est pas mort dans l’accident de bateau, Eckhardt s’arrangera avec son assistante personnelle, Ms. Jones, pour lui tendre un (nouveau) piège. Également jaloux de la relation amoureuse entre Josie et Harry Truman, Eckhardt et Jones prépareront aussi une attaque contre Harry.

Le 20 mars, Josie et Eckhardt se retrouvent dans la suite de ce dernier pour leur petit rendez-vous, pendant lequel Eckhardt se montre apparemment violent et menaçant, insistant sur le fait que Josie doit l’accompagner à Hong Kong. Il semblerait qu’il tente également de d’abuser d’elle. Cooper, mis au courant du rendez-vous par Catherine Martell, fait irruption dans la chambre au moment où retentit un coup de feu : Josie tue Eckhardt avec le revolver fourni par Catherine. Pointant son arme sur Cooper, elle confesse ensuite lui avoir tiré dessus de peur qu’il ne perce ses secrets à jour, ainsi qu’avoir tué Jonathan Kumagai à Seattle. Au moment où un Sheriff Truman bouleversé entre dans la pièce, Josie meurt de façon aussi soudaine que mystérieuse, probablement de peur. Dévasté par sa mort, Harry plonge dans une dépression fortement alcoolisée, se laissant vulnérable à l’attaque posthume d’Eckhardt via son assistante Jones, à laquelle Harry survit in extremis.

got-you-andrew.pngLe dernier chapitre de cette complexe histoire de vengeance et de faux-semblants a pour objet un mystérieux colis envoyé à Catherine de la part d’Eckhardt à titre posthume, remis en main propre par Ms. Jones. Le paquet contient l’ultime tentative d’Eckhardt de se venger d’Andrew, utilisant à son avantage la méfiance innée des membres de la famille Packard les uns envers les autres. Eckhardt savait pertinemment qu’en adressant directement le colis à Andrew, ce dernier aurait immédiatement des soupçons ; mais en l’envoyant à Catherine, il peut contourner toute forme de suspicion, et laisser Andrew se faire prendre au piège de façon indirecte. En effet, après avoir réussi, après bien des efforts, à accéder au contenu de la boîte mystère – une clé de coffre-fort -, Catherine est doublée par son frère qui s’empare de la clé à son insu, espérant profiter à sa place du « cadeau » laissé par Eckhardt. Une fois la clé en main, Andrew, accompagné de Pete Martell, se rend à la banque de Twin Peaks afin d’ouvrir le coffre correspondant ; malheureusement, il s’avère que le « cadeau » d’Eckhardt n’est autre qu’une dangereuse bombe artisanale destinée à exploser à la figure de la première personne qui ouvrira le coffre. Dans ce dernier se trouve une note manuscrite : « Je t’ai eu, Andrew. Amitiés, Thomas.7 »

7 « Got you, Andrew. Love, Thomas. » (note de Thomas Eckhardt, ép.29)

Et c’est ainsi, avec la mort – vraisemblablement réelle et définitive, cette fois-ci – d’Andrew Packard et de Pete Martell, que s’achève la complexe saga Packard, dont le nombre de ramifications, de trahisons successives et de doubles jeux dépasse de loin l’intrigue de Hamlet. Shakespeare n’a qu’à bien se tenir ; les Packard détiennent la palme.

Remerciements : Geoffrey A. Johns & The Twin Peaks Gazette.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site